Appuyez sur le bouton partager en bas de votre navigateur, puis sur "Sur l'écran d'accueil" pour obtenir le mode plein écran et des temps de chargement plus rapides. OK
FFM

Magali Langlois : Dites bonjour à Mag n’a qu’1 oeil ;o)

Teams / Pilotes

Vendredi matin, circuit de Nogaro et… il pleut… Je me demande si la malédiction du « Nogaro Mouillé » va me poursuivre encore longtemps. Je fais l’impasse sur la séance libre du matin sachant que la météo annonce la même chose pour l’après-midi. 15 heures : ma Speedball 1, transformée en moto pluipluie toute souple, m’attend sagement chaussée de ses Pirelli rainurés. Je prends la piste. Elle reste très humide mais plus de gouttes à l’horizon. Je ré-apprends cette piste, inconnue pour moi jusqu’à 2009, et appréhende à nouveau toute la technicité de ce tracé. Je prends mes marques mais trouve que ma bestiole bouge aux freins. Je rentre. Mon Homme fait le nécessaire et les chronos descendent gentiment. Je suis satisfaite de cette remise en route mais espère vraiment pouvoir m’exprimer sur le sec des demain. Nous sommes samedi matin Quelques traces d’humidité subsistent mais aux vues des temps réalisés par les 600, la piste sèche n’est pas loin. Je m’élance pour cette première « vraie » re-découverte du tracé et me sens vite bien sur la moto. J’ai décidé d’utiliser ma Speedball 2 étrennée à Issoire qui m’avait séduite par son châssis. J’enchaîne les tours et seul le vieillissement de mon pneu arrière et des plaquettes à bout de mordant ternissent un peu mon plaisir. Nous testons également un nouveau système embarqué qui nous laisse dans l’expectative. En résumé, mon Homme ne sais pas si le voyant d’essence fonctionne et je suis obligée de rentrer régulièrement pour en remettre « au cas ou… ». Pourtant à mie séance une odeur de carburant vient me chatouiller anormalement les naseaux… Elle perdure et devient entêtante. Je rentre donc pour m’apercevoir que j’ai paumé mon bouchon.. Pas glop ! J’achève ce roulage avec de bonnes sensations et prête à en découdre lors de la qualif de l’aprèm. Je suis malgré tout chagrinée par le petit gauche après « L’escargot ». En effet, je suis tellement sur l’angle que mon regard se porte au dessus de mes lunettes et donc… je ne vois pas grand chose en sortie. Cette dernière conditionnant la ligne droite principale, je décide de tenter l’option lentilles durant la qualif. Je suis prête pour cette ½ heure chrono et suis tout de suite dans le rythme. Je réalise un temps intéressant en 1.36.932 qui me laisse espérer de bonnes choses en course. Mon « Affreux » Jean Foray profite de la toute fin de séance pour me passer d’un poile !! Dimanche matin Le beau soleil de 6 h 30 s’est bien vite voilé et le ciel est menaçant. Nous prions tous pour que cela tienne et que nous ne ramassions pas de la flotte sur le museau. Je me place sur la grille et prends un départ correcte. Je m’applique sur mes trajs et découvre tour après tour des astuces dans de nombreux virages. Je parviens à doubler mon Jean et entreprends de remonter sur Fred Viale mon équipote. Nous sommes à mie course et là c’est la cata… Ma lentille droite décide de prendre la clé des champs et vient nonchalamment se coller sur ma mentonnière… Bon sang, je peste dans mon casque sachant que cette fin de course mi claire/ mi trouble s’annonce rocambolesque. Je vérifie que je ne suis pas dangereuse et tente de ne pas me sortir. Je ne parviens pas à stopper l’assaut final de mon Jean qui me passe et termine juste devant moi (de toute façon il a pas le choix ses fils lui ont collé un ultimatum…). Point positif, j’ai amélioré mon chrono des qualifs de 7 dixièmes. Je rentre malgré tout furieuse contre cette méchante lentille qui a pourri ma fin de course et décide de remettre mes bonnes vieilles lunettes pour l’aprèm. Rachel « Dame Cancade » me donne un écarte narines afin que je me le colle sur le nez et le front pour éviter que mes neuilles ne glissent. C’est certes peu esthétique mais se révélera très efficace. Il fait nettement plus chaud pour cette deuxième course. Le second départ est donné. Celui-ci aussi est correcte et je me colle derrière Jean, roi du bondissage de grille au top. Pourtant je sens qu’un truc ne va pas et au premier virage il lève le bras moteur H.S. Crotte de bique mon compagnon de jeu ne sera pas de la partie… Heureusement j’en trouve un nouveau en la personne de mon équipote Fred Viale. Je pagaye pour le ramarrer et parviens (merci Dodo et AP Racing) à lui faire les freins au bout de la ligne droite. Je le sais dans ma coque arrière tout au long de la fin de course mais reste devant. Je franchis la ligne en 27 ème position. J’ai pris beaucoup de plaisir sur ce magnifique tracé de Nogaro que je connaissais si peu. Certes les résultats sont encore un peu timide mais la confiance et surtout le plaisir de piloter sont plus forts à chaque épreuve. De plus, histoire de ne pas m’arrêter là, j’ai participé Lundi à une très plaisante journée organisée par Yamaha France, le GMT 94 et la Mutuelle des Motards. J’ai pu tout au long des séances poursuivre mon perfectionnement tout en accompagnant bon nombre de pilotes novices ou confirmés dans leur apprentissage. Que du bonheur. Je crois qu’il n’y a pas grand chose de plus gratifiant pour une petite pilotesse que le sourire du padawan qui te remercie pour l’avoir aidé à grappiller quelques secondes ! Un grand merci aux organisateurs de m’avoir offert cette opportunité. Je remercie infiniment tous mes partenaires qui me soutienne dans mes aventures ainsi que tous mes amis. Je dédie ce beau week-end à Patrice. J’espère que le spectacle t’a plu de là haut. Bonne route mon copain. Je vous donne à tous rendez-vous les 15 et 16 mai sur le circuit du Vigeant pour une 3ème manche d’un Championnat au combien relevé ! Sur info de Magali Langlois